Itinéraire n°7

De Trèves à Maulbronn

Notre septième itinéraire du patrimoine mondial de l’Allemagne nous mène vers des sites très denses et issus d’époques très différentes. A l’extrême sud-ouest de l’Allemagne, nous nous laisserons envoûter par les vestiges de la Rome antique, les moines du Moyen-Age et les ouvriers du fer et de l’acier de l’ère industrielle moderne.

Notre voyage commence dans l’une des plus vieilles villes d’Allemagne : Trèves. En l’an 16 avant Jésus Christ, l’empereur romain Auguste posa la première pierre de la ville. Installée au pied de la Moselle, Trèves fut même la capitale de l’empire romain occidental au IVe siècle. Ses monuments historiques, comme les thermes impériaux, l’amphithéâtre ou encore la fameuse porte noire, la Porta Nigra, offrent un bon aperçu de l’histoire romaine allemande. Les constructions des Romains, la cathédrale datant de l’Antiquité tardive à laquelle est adossée l’église Notre-Dame de Trèves… tous ces monuments historiques figurent sur la liste du patrimoine mondial depuis 1986. La cathédrale trône à Trèves depuis 1 700 ans, ce qui fait d’elle la plus ancienne église d’Allemagne. Pas étonnant donc que l’on puisse y retrouver tous les styles architecturaux de l’histoire de l’art européen

Prochaine étape, un peu plus au sud : l’ancienne usine sidérurgique de Völklingen. Les hauts-fourneaux, la cokerie, les rails suspendus et le grand hall des souffleries s’élancent vers le ciel tels de vieux dinosaures rouillés. Au siècle dernier, plusieurs milliers d’ouvriers de l’acier suèrent sang et eau près de ces hauts-fourneaux incandescents. Aujourd’hui, dans cette usine construite en 1873, les visiteurs peuvent assister à des concerts, des expositions et des performances techniques. En 1994, le site de Völklingen est le premier monument industriel allemand à être déclaré patrimoine mondial. L’excellent état des installations techniques fait de Völklingen un lieu unique en Europe occidentale.

A 160 km de là, plus à l’ouest, nous faisons halte dans le monastère de Lorsch. Fondé au 8è siècle, le monastère s’est transformé en abbaye florissante au IXe siècle. De nombreux souverains s’y rendirent et quelques rois allemands s’y firent même enterrer. Un Torhalle richement décoré dans le style préroman, un porche-entrée également connu sous le nom de Königshalle, constitue l’unique bâtiment qui a été épargné par un incendie dévastateur en 1090. Le Torhalle serait apparu à la fin du 9è siècle. Il est l’un des rares monuments issus de l’époque carolingienne. Le Torhalle ainsi que les vestiges archéologiques du monastère de Lorsch font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991.

L’imposante cathédrale de Spire nous attend un peu plus au sud. Cette cathédrale impériale est la plus grande église romane conservée d’Europe. Elle fut construite sous la dynastie régnante des Saliens qui chassèrent l’empereur germanique en 1027. A partir du 17è siècle, l’édifice fut maintes fois réduit en cendres à cause des guerres, mais il fut à chaque fois reconstruit. La cathédrale témoigne ainsi de 200 ans de protection du patrimoine en Allemagne. La cathédrale de Spire est entrée sur la liste du patrimoine mondial en 1981.

Le monastère de Maulbronn constitue la dernière étape de notre itinéraire. L’ancienne abbaye cistercienne figure sur la liste du patrimoine mondial depuis 1993. Beaucoup d’autres monastères européens ont été reconstruits selon le modèle de Maulbronn. Il est en effet le monastère médiéval le mieux conservé au nord des Alpes. On y trouve toute une palette de styles architecturaux : de l’église d’origine sans fard dans le style du deuxième âge roman jusqu’à la salle à manger richement décorée dans le style du premier gothique.

 

Trèves

78 km

Völklingen

158 km

Lorsch

51 km

Spire

66 km

Maulbronn