Itinéraire n°6

De Bad Homburg à Ratisbonne

Notre sixième itinéraire nous emmène à travers le sud de l’Allemagne pour y découvrir un patrimoine mondial aux dimensions exceptionnelles. A Bad Homburg, nous longerons le plus long édifice que les Romains aient jamais construit. Nous nous rendrons ensuite à Messel pour visiter l’un des plus anciens et abondants sites archéologiques de fossiles du monde. Nous terminerons notre périple à Ratisbonne, la plus grande ville médiévale la mieux conservée d’Allemagne.

Notre voyage commence à Bad Homburg en Hesse. Il y a de cela 1 900 ans, les Romains s’installèrent ici alors qu’ils construisaient, entre Coblence et Ratisbonne, le plus grand édifice de leur histoire : le Limes de Germanie Supérieure et de Rhétie. Cette frontière fortifiée antique longue de 550 kilomètres est, avec son fort, un véritable chef-d’œuvre technique. L’ensemble figure au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2005. En construisant le Limes, l’Empire romain, très développé, souhaitait prendre ses distances avec les tribus germaniques "barbares". De nombreux restes des fortifications ont été retrouvés au 19è siècle lors de fouilles archéologiques. Près de Bad Homburg, on peut aujourd’hui visiter le Saalburg, l’un des camps militaires romains situés le long du Limes. Sa particularité : avec son village et ses bains, le Saalburg est le seul fort romain reconstruit au monde !

Pour observer les premières traces de l’évolution, il faut se rendre au site fossilifère de Messel. Il s’agit des restes d’un lac volcanique vieux d’environ 47 millions d’années. Autrefois entouré par une forêt vierge tropicale, il constitue désormais un site archéologique exceptionnel qui abrite des plantes et des animaux primitifs datant de l’éocène. A ce jour, les scientifiques y ont fait près de 30 000 découvertes. On répertorie notamment les os de 40 espèces différentes de mammifères. Il est difficile de trouver dans le monde un site de fossiles aussi abondant ! Fossiles de chauve-souris, de chevaux préhistoriques et de crocodiles ayant vécu en même temps que les premiers hommes… des découvertes qui ont permis au site fossilifère de Messel d’entrer en 1995 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

A une heure et demie de là, plus à l’est, se trouve la Résidence de Wurtzbourg et les jardins de la Cour. C’est dans ce bâtiment que siégèrent les princes-évêques de Wurtzbourg entre 1720 et 1744. Le jeune architecte prodige de la Cour, Balthasar Neumann, fut pendant des années aux commandes de cet ambitieux projet architectural. Aidé des plus grands architectes, sculpteurs, stucateurs et peintres mondiaux de son temps, Balthasar Neumann construisit un extraordinaire château baroque. L’immense plafond surplombant le grand escalier et la fresque murale de la salle impériale de la Résidence sont les chefs-d’œuvre incontestés du fresquiste Giovanni Battista Tiepolo. Ce grand ensemble architectural et les œuvres d’art de la Résidence de Wurtzbourg figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1981.

A 100 kilomètres de là, toujours en direction de l’est, nous atteignons notre prochaine étape : Bamberg. En l’an 1007, Henri II, souverain du Saint Empire romain germanique, fit de cette ville le siège de son pouvoir. Bamberg avait alors vocation à devenir aussi grande et puissante que Rome. La ville est un exemplaire unique de modèle urbain du haut Moyen-âge. Elle n’imite pas celui de Rome mais suit un tracé propre : les quatre églises collégiales de la vieille ville se situent aux quatre extrémités d’un plan de croix latine, au centre de laquelle se dresse la cathédrale. Cathédrale qui renferme d’ailleurs l’emblème le plus connu de la ville : le Cavalier de Bamberg. Ce cavalier en pierre sur sa monture a été érigé au 13è siècle en l’honneur de l’empereur Henri II et de son épouse Cunégonde, tous deux enterrés dans la cathédrale. La vieille ville de Bamberg est entrée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993, et avec elle l’hôtel de ville baigné par la Regnitz et l’Alte Hofhaltung, l’ancienne résidence des évêques.

Il faut faire encore 70 kilomètres pour trouver sur le site allemand le plus récemment entré au patrimoine mondial : l’opéra margravial de Bayreuth, classé depuis le 30 juin 2012. Inauguré en 1750, il a été construit en un temps record de quatre ans. L’opéra figure aujourd’hui parmi les rares théâtres européens du 18è siècle encore conservés dans leur état d’origine. Son intérieur est époustouflant : luxuriantes décorations en stuc, décors de fond de scène ornés admirablement et loges sculptées dans le style baroque !

Notre destination finale, inscrite au patrimoine mondial depuis 2006 déjà, se situe un peu plus au sud-est, à deux heures de trajet à peine : la vieille ville de Ratisbonne et le quartier de Stadtamhof. Ces deux parties de la ville sont reliées par le Steinerne Brücke, le Pont de pierre. On y recense plus de 1 000 monuments médiévaux. La cathédrale Saint-Pierre de Ratisbonne, construite dans le style des cathédrales françaises, est elle aussi classée. Tout aussi imposantes : les habitations et les maisons de commerces, appelées tours patriciennes, qui appartenaient autrefois à la classe dominante de la ville. Vieille de 1 800 ans, Ratisbonne est la plus grande ville médiévale la mieux conservée d’Allemagne.