Huit questions à…

Katrin Lesser, architecte paysagiste

Je visite les cités du modernisme berlinois, site classé: que faut-il voir absolument ?

La Cité-jardin de Falkenberg a été conçue par l'architecte Bruno Taut et par mon arrière grand-père, l'architecte paysagiste Ludwig Lesser. Comme elle se situe un peu à l'écart, elle est certainement la moins visitée des six cités du modernisme. Je trouve toutefois qu'elle vaut vraiment le coup d’oeil. Étant la plus grande des six cités, la Cité en fer à cheval est elle aussi bien sûr à voir. Dans les années 1920, ce fut l’un des premiers grands chantiers de Berlin.

Qu’est-ce qui vous plaît en particulier ici?

Falkenberg est le tout premier modèle d'une Cité-jardin à Berlin, elle date d'avant la Première guerre mondiale. Ses couleurs attirent le regard. Elles lui ont d’ailleurs valu le surnom de « lotissement boîte de couleurs ». Lors de sa construction, beaucoup de Berlinois ont protesté contre ces maisons tout en couleurs, dont une est peinte en noir. La cité en fer à cheval est elle aussi constituée de maisons rouges, jaunes, bleues et blanches. Bruno Taut maîtrisait l'art de créer des situations intéressantes d’un point de vue urbanistique, et de les accentuer par des couleurs.

Avez-vous des bons plans à nous donner ?

Mon coup de coeur est le „Taute Heim“, la Maison de Taute. Cette maison, située dans le 6ème bâtiment de la Cité en fer à cheval, a été refaite avec toutes les couleurs originales choisies par Bruno Taut pour les murs intérieurs, et équipée avec des meubles datant des années 1920 et 30. On peut louer la maison entière avec le jardin, qui a lui aussi été restauré conformément à l’original, et avoir ainsi un aperçu de la vie à l'époque.

Qu’est ce qui vous a impressionnée lors de votre première visite?

La Cité en fer à cheval a appartenu au même propriétaire pendant plus de 75 ans. Une grande partie de la structure fondamentale a ainsi été préservée. Les fenêtres à double vitrage ou les portes d'entrée, par exemple, n'ont jamais été remplacé et ont donc été préservé dans leurs formes et couleurs d'origine. Cela donne une belle image homogène et stable.

Quelle est la plus belle saison ici?

Dans la Cité en fer à cheval, c’est le printemps. Dans la Parchimer Allee et la Onkel-Bräsig-Straße, les rez-de-jardins abritent des cerisiers décoratifs. Ils fleurissent en avril et on a alors l'impression de marcher sous des nuages roses. Il y a aussi de nombreux arbres fruitiers qui fleurissent aussi à cette saison et se colorent de blanc et de rose.

Que dois-je voir d’autre ici?

Tout près de la cité en fer à cheval se trouve la ferme domaniale de Britz, classée monument historique, avec ses deux musées, ses deux restaurants et un parc magnifique datant du 17e siècle. On peut y admirer le cœur historique du village avec l'église, l'étang, le presbytère et l'ancienne école. La ferme domaniale abrite d'anciennes races d'animaux domestiques.

Le patrimoine mondial ouvre l’appétit. Quelle spécialité me conseillez-vous ?

Au printemps il faut absolument goûter aux asperges de Beelitz qui poussent au sud de Berlin. Servies avec des pommes de terre et du jambon, c'est un vrai délice.

Quel autre site classé au patrimoine mondial aimeriez-vous visiter?

J'aimerais visiter la vieille ville de Shibam au Yémen et son mur d'enceinte, car je trouve ces immeubles construits en brique de terre crue tout simplement fascinants.

Katrin Lesser

habite depuis plus de 15 ans dans la grande cité de Britz, celle en forme de fer à cheval.

Depuis 2008 cette cité du sud de Berlin fait partie du patrimoine mondial des cités du modernisme berlinois. L'architecte paysagiste a grandi à Karlsruhe. Aujourd’hui elle travaille notamment comme experte pour les sites du patrimoine mondial de la Cité en fer à cheval et de la Cité-jardin de Falkenberg.