Huit questions à…

Beate Blahy, de la garde forestière de la forêt de hêtres de Grumsin

Je visite Grumsin, site classé: que faut-il voir absolument ?

Quand on visite un patrimoine naturel mondial, les incontournables ne sautent pas immédiatement aux yeux. En même temps on ne peut rien rater, car chaque visite à Grumsin offre de nouvelles surprises, comme par exemple le magnifique concert d'un rouge-gorge. Celui qui vient à la bonne saison peut voir fleurir l’aspérule des deux côtés du chemin ou encore apercevoir le céphalanthère rouge, une plante rare très protégée.

Qu’est-ce qui vous plaît en particulier ici?

Le calme, la solitude, la haute canopée et les nombreux marécages ainsi que les aulnaies. Cette forêt offre, sur un petit périmètre, de nombreuses impressions visuelles. Le randonneur qui marche tranquillement peut croiser sur son chemin les habitants naturels de la forêt, comme une famille de grues, un pic noir qui travaille un morceau de bois mort, ou encore apercevoir une orfraie à queue blanche très haut dans le ciel. C'est fantastique.

Avez-vous des bons plans à nous donner ?

Ce n'est pas vraiment un secret, mais c’est quelque chose de particulier : en mai, la linaigrette fleurit dans les marécages et recouvre d'un voile blanc les herbes vertes et la mousse. C'est une image extraordinairement belle. Un endroit propice pour observer ce phénomène est la rive droite du sentier de randonnée de Groß Ziethen à Altkünkendorf qui traverse un vaste marécage d'aulnes et de bouleaux.

Qu’est ce qui vous a impressionnée lors de votre première visite?

La surface cabossée du Grumsin. Il n'y a pratiquement pas de terrain plat, ça monte et descend tout le temps. Cette topographie est un héritage des mouvements des glaciers lors de la dernière glaciation, qui ont sévi particulièrement fort ici et comprimé la terre en monticules et cuvettes. Il y a de l'eau partout, dans chaque cuvette se trouve un marécage, une brèche ou un lac.

Quelle est la plus belle saison ici?

En automne et au printemps, quand poussent les feuilles des hêtres. Le vert des feuilles, clair et doux, est tellement intense et présent qu'il suscite chez les visiteurs une sorte d'euphorie. Une randonnée dans une hêtraie plongée dans ce vert printanier est si bénéfique que l'on peut très bien l'entreprendre tout seul pour en profiter pleinement. En plus, gros avantage, il n'y a pas encore de moustiques. En automne, les feuilles des hêtres transforment toute la forêt en un paysage dominé par les tons de rouille, d’or et de rouges.

Que dois-je voir d’autre ici?

Les villages alentour révèlent encore aujourd’hui une grande partie des structures historiques du paysage. Beaucoup d'églises, la plupart datant du 13e siècle, sont en pierres de taille, un héritage de la glaciation, tout comme les grands bâtiments fonctionnels, les granges et les étables. Les routes pavées sont tout autant une contrariété pour les automobilistes qu'un patrimoine culturel précieux. Elles tiennent des centaines d'années et se réparent facilement, une gestion durable au quotidien. Mon coup de coeur personnel est la ville de Angermünde, qui a été restaurée avec beaucoup de goût.

Le patrimoine mondial ouvre l’appétit. Quelle spécialité me conseillez-vous ?

Je vous conseille de vous rendre à la Speicherstube à Kerkow au nord de Angermünde. Le marché paysan, que vous trouvez après la bifurcation vers Görlsdorf, vous offre une large palette de spécialités régionales. A l'étage supérieur vous pouvez déguster de la viande de races d'animaux domestiques rares, comme le porc Sattelschwein ou l’Angus allemands, ainsi que du fromage local et différentes sortes de pains.

Quel autre site classé au patrimoine mondial aimeriez-vous visiter?

Le parc national des lacs de Plitvice en Croatie. J'ai déjà vu ce phénomène naturel de nombreuses fois à la télévision et cela m'a toujours profondément impressionnée. J'aimerais le voir de mes propres yeux.

Beate Blahy

travaille depuis 1991 pour la garde forestière de la réserve de biosphère Scharfheide-Chorin.

Elle est notamment responsable de la protection du site de la hêtraie de Grumsin. Cette ingénieur en médecine vétérinaire est née et a grandi à Bad Freienwalde sur les rives de l’Oder près de la frontière germano-polonaise.